Pour ou contre les cahiers de vacances ?

« Doit-on faire faire des devoirs de vacances aux enfants ? Est-ce que cela peut leur être utile pour mieux aborder la rentrée ? »

Mickaël, papa d’un petit garçon, Lyon.

Chaque année à l’approche des grandes vacances, on voit fleurir dans les rayons des libraires et des grands magasins les fameux cahiers de vacances. Tout parent se demande alors s’il est pertinent de faire faire des « devoirs » de vacances à son enfant. Et on parle bien de « devoirs » et non de travaux de vacances. Car réviser, se remettre à niveau ou s’entraîner durant la pause estivale serait un « devoir ».

La question est bien légitime et peut être associée à un besoin de réassurance des parents. En effet, la pression scolaire (et sociale) quant à la réussite de sa progéniture est grande, et la durée de ces vacances (2 mois historiquement libérés d’école pour permettre aux enfants d’aider aux moissons et aux vendanges) entraîne chez certains élèves un oubli assez impressionnant des notions et apprentissages vus durant l’année scolaire.

Conclusion : Cahiers et devoirs de vacances …

En pratique, je conseillerais d’adapter le « travail scolaire de vacances » au profil de chaque enfant :

Un enfant qui a bien réussi son année et qui retient tout sans difficulté se remettra rapidement en piste le jour J. Donc les révisions au jour le jour ne seront pas forcément utiles.

Un enfant qui a été en difficulté au cours de l’année pourra se servir de ce temps de pause pour parfaire sa formation et renforcer ses points faibles. Après une coupure (prévoir un vrai temps de pause), on pourra travailler chaque jour des éléments précis et de façon ludique.

Ou encore, pour un enfant qui fonctionne bien à l’école mais qui met du temps à la rentrée pour se « remettre en route », on pourra prévoir des séances de travail 15 jours avant la reprise.

A nouveau, chaque apprenant est différent, donc ce qui doit lui être proposé durant les vacances l’est aussi.

Dans tous les cas, il est essentiel qui le travail proposé ne soit pas perçu comme rébarbatif ou trop « scolaire » au risque que l’enfant se bloque et ne veuille pas participer. Il faut donc bien privilégier l’approche ludique de ces temps de « travail » estivaux.

 

Des enquêtes pour jouer avec les chiffres et les nombres

 

 

 

 

 

 

 

Des messages à déchiffrer pour jouer avec la logique et la lecture

 

 

 

 

 

NB : Après avoir consulté différents modèles de cahiers de vacances, la collection proposée par Hachette Education semble très ludique.

 

 

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *