La pleine conscience pour gérer un état de stress … scolaire … ou autre !

Tout apprenant s’est déjà retrouvé en « situation de stress » face à une activité scolaire (exposé, découverte d’un sujet d’examen, devoir à rendre en temps limité, etc). Parfois, ce stress engendre une perte de moyens qui peut avoir pour conséquence de ne pas réussir à se mettre au travail ou bien de ne plus être capable de faire appel à ses connaissances. Dans tous les cas, le blocage est là.

Des manifestations multiples du stress

Comme nous l’avons tous déjà surement éprouvé, les manifestations du stress peuvent être physiques ou psychiques et aller de la simple inquiétude à la perte de sommeil, en passant par les mains qui deviennent moites ou la bouches qui s’assèche, ou encore une incapacité à se souvenir de son discours pourtant parfaitement préparé et maîtrisé …

Lorsqu’on interagit après coup avec une personne en état de stress, elle est alors capable de nous décrire sa perte de moyens. Et souvent revient le constat suivant : « je ne contrôlais plus rien, c’est comme si j’étais enfermé dans mon stress ».

Le stress, faute au cortex préfrontal ?

Il est établi que le cortex préfrontal est le siège des émotions et joue un rôle dans les troubles de l’humeur (Futurasciences)cortex

Lorsqu’une personne se retrouve en situation de stress, cette zone du cerveau devient rapidement surchargée de stimulus et les émotions associées peuvent devenir incontrôlables. Impossible alors de faire appel à sa « rationalité » pour gérer la situation.

Ce fonctionnement a été théorisé par Paul MacLean en 1969 avec le modèle du cerveau « triunique ». Plus ou moins remis en question suite aux avancées des neurosciences, ce modèle présente pourtant l’intérêt de formaliser le comportement des individus en fonction de leurs besoins et de leur environnement.

 

Le modèle de MacLean

MacLean théorise que le cerveau se serait développé en 3 « couches » au cours de l’évolution : Reptilien, limbique puis néocortex.

Le cerveau :

  • reptilien serait en charge d’assurer les besoins vitaux de l’organise : boire, manger, dormir, …
  • limbique serait le siège des émotions et de la motivation
  • néocortex aurait pour rôle d’analyser, de fabriquer des idées, de nous doter de la capacité d’abstraction.

Le traitement de l’information passerait par ces « 3 cerveaux », du plus ancien au plus récent. En pratique, si j’ai faim, ma capacité cognitive sera bloquée au niveau 1. Donc impossible de mettre en oeuvre ma capacité d’abstraction et d’analyse. Si j’ai peur (stress par exemple), ma capacité cognitive sera bloquée au niveau 2. Donc à nouveau impossible de mobiliser mes connaissances …

Tout cela peut paraître problématique (pour un apprenant stressé !) mais c’est ce qui nous sauve la vie lorsqu’une voiture nous fonce dessus … On n’analyse pas la situation, le cerveau reptilien fait le job et on saute …

La pleine conscience ou relaxation

Afin de contrôler la tempête d’émotions qui a lieu dans le cortex préfrontal lorsqu’on est en situation de stress, il est essentiel de s’inscrire dans le moment présent tout en limitant les stimulations extérieures.

Pour cela, il est très efficace de se concentrer sur certains de ses sens. Fermer les yeux et respirer profondément en ressentant l’air passer par ses narines et se forçant à gonfler sa cage thoracique. Effectuer 3 profondes respirations puis bloquer, et recommencer. Poser les mains sur une surface rugueuse, chaude ou froide et ressentir les sensations. En extérieur, ressentir la chaleur du soleil sur son visage ou l’air frais dans ses cheveux. Quelle que soit la méthode, il est essentiel de se forcer à focaliser son attention sur le sens/ressenti choisi.

Ainsi, on diminue la stimulation émotionnelle du cortex préfrontal ce qui nous permet de reprendre la main de façon … rationnelle.

 

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à La pleine conscience pour gérer un état de stress … scolaire … ou autre !

  1. Anna dit :

    Cet article est fait pour moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *