Confusion entre les lettres « b » et « d » … et les autres

« Mon fils qui est en CP mélange les lettres « b » et « d ». Je m’inquiète, que dois-je faire ? »  Isabelle, Lyon

Lors de l’apprentissage de la lecture, il arrive très couramment que les apprenants butent sur certaines lettres. Alors qu’en milieu/fin de cours préparatoire, l’activité de lecture commence à être bien installée voire fluide, certains mots ou phonèmes posent problème et il y a alors hésitation.

Vous avez sûrement remarqué une confusion entre les lettres « b » et « d » lorsqu’elles sont représentées en minuscule d’imprimerie. Le même problème (vilain mot pour décrire cette situation !) se rencontre aussi pour les lettre « p » et « q » et les syllabes « no » et « on ».

Et pourtant cette hésitation n’arrive pas lorsque ces lettres sont notées en majuscules « B » « D » ou en cursive (écriture en attaché).

 

confustion lettre 2

 

Dans ces deux derniers cas, les lettres apparaissent bien différentes pour le cerveau qui peut leur attribuer la bonne signification. Mais la situation est tout autre en minuscule d’imprimerie… Faites le test avec votre enfant en lui montrant l’image suivante, et demandez-lui si les éléphants sont identiques.

 

elephants


Il y a de fortes chances qu’il vous répondre par l’affirmative. Cela est dû au fait que le cerveau est entraîné à repérer les similitudes et plus particulièrement les phénomènes de symétrie (comme les visages par exemple). Il va alors bien plus vite dans l’analyse des informations.

Faites maintenant la même expérience avec l’image suivante :

lettre

Dans la même logique, votre enfant va peut-être vous dire que les deux images sont identiques (« juste comme dans un miroir »). Et s’il croit que ces formes sont identiques, c’est que son cerveau les perçoit ainsi et donc il a confusion ou hésitation dans le sens ou la sonorité qu’il faut donner à ces symboles.

En pratique, les lettres « b », « p », « d » et « ‘q » posent problème car c’est en fait le même symbole orienté différemment.

Alors comment remédier à cela ?…

De petits exercices vont permettre d’inhiber le réflexe qu’à le cerveau de fonctionner trop automatiquement en symétrie. Et pour cela, Il suffit juste de le forcer à faire la distinction entre ces symboles. Demandez à votre enfant de construire ces deux lettre avec de la pâte à modeler ou procurez-vous des lettres en bois. L’approche tactile (profil kinesthésique) permet une autre perception de ces informations.

Vous pouvez ensuite lui proposer une liste de mots et lui demander de surligner d’une couleur les « b » et d’une autre les « d ».

Dans un troisième temps, vous pouvez lui proposer des mots à trous associés à des images.

texte trou b et d

 Cet exercice va dans le même sens que le moyen mnémotechnique suivant (peut être moins élégant mais Ô combien efficace avec les petits !) : le « b » à un gros bidon et le « d » à un gros derrière.

Toutes ces activités vont permettre au cerveau de marquer la différence entre les symboles et de leur donner du sens, soit par l’approche tactile (pâte à modeler), visuelle (mots à trous et images) ou encore en lisant à haute voix les mots pour bien repérer les « b » ou les « d ».

Après quelques essais, tout va rentrer dans l’ordre !

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *